Jonathan Lobert en Finn et Sarah Steyaert & Aude Compan en 49er FX proposés au CNOSF pour les Jeux Olympiques de Rio 2016

Cet article a été rédigé par Havas SE, et posté le 02-12-2015

Le Comité de sélection, composé de Claire Fountaine, Vice-Présidente de la Fédération Française de Voile en charge du Haut Niveau, Jacques Cathelineau, Directeur Technique National et Guillaume Chiellino, Directeur de l’Equipe de France, a annoncé ce jour, la sélection de Jonathan Lobert, en Finn et de l’équipage Sarah Steyaert-Aude Compan en 49er FX pour les Jeux Olympiques de Rio 2016.

Si l’Equipe de France de Voile est composée de nombreux sportifs pouvant prétendre légitimement à défendre les couleurs de la France aux Jeux Olympiques, en voile, la règle est la même que dans plusieurs autres sports : il n’y a qu’un seul et unique représentant (ou équipage) par nation et par série.
L’Equipe de France de Voile Olympique s’étant qualifiée dans les 10 disciplines présentes aux Jeux, la délégation française, en août prochain, sera donc composée de 7 femmes et 8 hommes*.

Ce mercredi, le Comité de sélection de la Fédération Française de Voile est heureux de dévoiler trois sportifs qui viennent compléter la délégation française de voile, déjà composée de Charline Picon et Pierre Le Coq (planche à voile RS:X) : « Nous sommes fiers d'annoncer la sélection proposée aux Jeux Olympiques de Jonathan Lobert en Finn et de Sarah Steyaert et Aude Compan en 49er FX. Jonathan Lobert, médaillé de bronze à Londres en 2012, est capable de répondre présent lors des grands rendez-vous ; quant à Sarah Steyaert et Aude Compan, il s’agit d’une association relativement récente, mais qui a déjà montré de remarquables performances. L’équipage bénéficiera de plus, de l’expérience Olympique de Sarah. En Finn et en 49erFX, l’une et l’autre des séries pourront compter sur l’expertise de leurs entraîneurs, sur l’ensemble de l’encadrement, mais également sur le soutien de leurs partenaires d’entraînement. »

En route pour Rio

Jonathan lobert - finn
Jonathan Lobert, âgé de 30 ans, licencié au Sport Nautique de l’Ouest à Nantes et membre du Pôle France de La Rochelle, prendra part en août prochain à ses seconds Jeux Olympiques, après ceux de Londres en 2012 (disputés sur le plan d’eau de Weymouth), où il avait décroché une magnifique médaille de Bronze. Sportif affûté et appliqué, Jonathan n’en n’a pas pour autant délaissé ses études. Titulaire d’un master en Génie Civile, ce n’est pas par hasard si l’ingénieur s’est tourné vers un support où l’environnement est en perpétuel mouvement et la recherche du meilleur matériel est un élément clé. Avec le soutien et les conseils avisés de son entraîneur François Lecastrec, Jonathan effectue une olympiade sans véritables fausses notes, même si le jeune homme s’est retrouvé plus d’une fois au pied du podium des grands événements internationaux. 4e au Mondial de Santander en 2014, 4e au Test Event de Rio en 2015 : des places qui n’ont cessé d’agacer le jeune homme qui a su se mobiliser et tout donner pour devenir Vice-Champion du monde en 2015. Cette médaille d’argent, vient confirmer que son excellent sens tactique et son physique hors norme font de Jonathan une véritable référence dans sa série. A présent, le jeune homme compte bien tout mettre en œuvre pour exprimer son talent et tutoyer les sommets lors des Jeux Olympiques de Rio en 2016.

Jonathan Lobert « Je suis très heureux de cette sélection, car même si je suis déjà passé par là il y a 4 ans, c’est toujours une étape importante, un passage obligé, pour pouvoir retourner aux Jeux et essayer de décrocher une médaille l’été prochain.  Cette sélection marque en quelque sorte le début de la dernière ligne droite de l’olympiade. Une dernière ligne droite qui va passer par des entraînements avec mes plus tenaces concurrents à l’image du Britannique Giles Scott, ou encore le Suédois Max Salminen - n° 5 mondial et le Finlandais n°10 mondial Tapio Nirkko, c’est intéressant de se confronter régulièrement à eux avant l’été prochain. Bien entendu, je pourrai compter sur l’aide de Fabian Pic, qui est en progression et forcément un élément important dans ma préparation. »

Sarah Steyaert, barreuse – 49er FX
Sarah Steyaert, âgée de 29 ans, licenciée au Club Nautique de Châtelaillon et membre du Pôle France de La Rochelle, sera présente à Rio en août prochain pour s’aligner à ses troisièmes Jeux Olympiques après ceux de 2008 et de 2012 qu’elle a disputé en Laser Radial. Une cinquième place à Pékin (sur le plan d’eau de Qingdao) et une seizième place à Londres (sur le plan d’eau de Weymouth) n’a pas satisfait l’enseignante de profession, qui a décidé pour cette olympiade de se lancer un nouveau défi : s’installer à Marseille pour dompter la nouvelle série olympique, le 49er FX. Précédemment réservé à la gente masculine, le support fait en effet son entrée aux JO de Rio. Moins toilé que pour les hommes, le 49er FX demande une très grande maîtrise, une agilité et une concentration de tous les instants. Des aptitudes qui correspondent bien à Sarah, qui a pris plaisir à passer d’un support solitaire à une navigation en équipage. Enjouée, généreuse, mais avant tout déterminée, la jeune femme, s’entraîne chaque jour avec la même motivation : faire de son duo avec Aude Compan une histoire qui marche pour qu’ensemble elles écrivent de nouvelles lignes et étoffe un palmarès déjà bien rempli.

Sarah Steyaert «  Cette sélection représente beaucoup de joie et marque le commencement d’une autre partie de la préparation olympique. Depuis que nous avons commencé sur ce nouveau support, nous l’avons toujours fait avec les JO en ligne de mire. En amont de la sélection, nous avons eu un fonctionnement un peu atypique où nous avons essayé différents équipages, il y a un groupe fort à Marseille et nous avons toutes compris que le collectif tirait chacune d’entre nous vers le haut. Avec notre entraîneur Benjamin Bonnaud et l’ensemble de l’encadrement, l’idée a toujours été que l’équipage sélectionné puisse bénéficier de toute l’expertise du groupe pour aller chercher la plus belle médaille aux Jeux. Je suis très heureuse pour Aude également, qui vit sa première sélection, je me revois huit ans en arrière et je comprends exactement ce qu’elle peut ressentir aujourd’hui. »

Aude Compan, équipière de Sarah
Aude Compan, âgée de 22 ans, licenciée au Club de Voile Marseillan et membre du Pôle France de Marseille, participera à ses premiers Jeux Olympiques à Rio en 2016. Aude est la force tranquille de l’équipage, mais si la sudiste est d’un tempérament calme et posé à terre, elle est investie et puissante sur l’eau. Etudiante en Génie des procédés et environnement à l’INSA de Toulouse, Aude mène de front études et projet olympique et ne perd jamais de vue ses objectifs. Trois titres de Championne de France en catamaran SL15.5, trois sélections au Championnat du monde de 420 ; de compétitions en compétitions, Aude se transcende pour que son nom s’affiche en haut des classements. Toujours en recherche de nouvelles expériences, la jeune femme s’est lancée naturellement dans l’aventure du 49er FX, un support qui allie vitesse, technicité, sensations fortes et qui sera présent pour la première fois aux Jeux en 2016. En progression constante, pour ne pas dire fulgurante, Aude s’appuie sur le savoir-faire et l’expérience solide de Sarah Steyaert, pour qu’ensemble elles fassent parler la poudre.

Aude Compan « Je suis extrêmement heureuse que nous ayons été sélectionnées pour les Jeux Olympiques de Rio, c’est un véritable honneur de représenter la France dans notre série. Cela fait un an que tout s’enchaîne à une vitesse folle pour moi. Naviguer aux côtés de Sarah Steyaert m’a propulsé dans le haut niveau et je suis contente du chemin que nous avons parcouru ensemble. A présent, mon regard est plus que jamais tourné vers notre objectif commun. »

Calendrier et mode de sélection
·         Pour les Jeux Olympiques de 2016, c’est un Comité de sélection, composé de Claire Fountaine, Vice-Présidente de la Fédération Française de Voile en charge du Haut Niveau ; Jacques Cathelineau,  Directeur Technique National et Guillaume Chiellino, Directeur de l’Equipe de France, qui sélectionne les sportifs et les sportives formant la délégation française de voile à Rio.

·         Pour des raisons sportives et de concurrence vis-à-vis des autres nations, le Comité de sélection de la délégation française de voile ne souhaite pas communiquer les dates des prochaines annonces. L’ensemble des sportives et sportifs sélectionnés pour les Jeux de 2016 sera connu au plus tard au mois d’avril, après validation de l’ensemble de la délégation par le CNOSF.

·         Les épreuves de voile se dérouleront dans la baie de Guanabara du lundi 8 au vendredi 19 août 2016.  

La série 49erFX :
Le 49er FX est peut-être l'engin le plus difficile d'accès de tous les supports olympiques. Il faut dire que ce dériveur double a été admis dans l'Olympe pour ses capacités à assurer le spectacle. Au portant, il affiche une surface de voile de près de 60m2, ni plus ni moins qu'un appartement avec deux chambres, salon, cuisine et salle de bain, le tout posé sur un esquif de 125kg ! Les funambules capables de dompter un tel engin sont rares.

La série Finn :
Le Finn est  à classer parmi les supports « à matériel ». C'est-à-dire que sa pratique est régie par une jauge stricte mais autorisant une recherche technologique constante. Ce « laboratoire flottant » fait appel aux toutes dernières innovations qui confèrent au doyen des dériveurs (support olympique depuis 1952) une ligne toujours jeune. Exigeant sur le plan physique, le Finn a contribué à l’édification de légendes telles que Paul Elvström, quatre fois champion olympique, Russel Coutts, trois fois vainqueur de l’America’s Cup ou encore Ben Ainslie, de nouveau médaillé d’or à Londres après Pékin, Athènes et Sydney (en Laser)!

 

Ajouter aux favoris lien.